< Search/Acquisition, Web Analytics/Conversion & Web Social/Relation />

Google nous rappelle que si l'on veut changer les règles du jeu, on doit construire sa réussite sur le risque de l'expérimentation. (Antoine Riboud)

Delicious 1.0 versus Diigo 2.0 / 7 août 2010

Joshua Schachter

Il y a quelques semaines, le magazine Business Insider nous informait que Joshua Schachter, le créateur du service de bookmarking Delicious, quittait Google. Cela faisait un an et demi qu’il travaillait pour Google. Rappelons-nous ! Il vendit Delicious à Yahoo! en 2005, et déchanta lorsqu’il compris que son bébé ne grandirait pas.

Depuis 2006, j’utilise cet outil, que ce soit pour ma veille, ou pour collaborer en matière de netlinking. Delicious s’imposa facilement et rapidement comme un outil très pratique pour répertorier les liens, et les partager en live avec mes clients afin qu’ils suivent, de chez eux, les liens à optimiser et ceux qui ne le sont pas. Avec les notes, le netlinking devient collaboratif et privé. On ne sait jamais, la concurrence et les quality raters de Google rôdent … Dans cette démarche, j’étais sûr que les fuites seraient impossible car Delicious était la propriété de Yahoo!.

Seulement, voilà ! Delicious n’évolue pas, et à l’usage, il y a beaucoup, beaucoup mieux … avec Diigo.

Depuis quelques mois, mes favoris Diigo sont répertoriés sous le pseudo EpoKhe à l’adresse suivante : http://www.diigo.com/user/epokhe. Sur ce sujet, Bertrand Duperrin a fait d’ailleurs son nouvel outil de productivité.

Les avantages de Diigo sont surtout dans la possibilité de surligner dans les pages web que vous lisez des passages intéressants (Gerry McGovern les nommerait « Killer Web Content ») et les associer à des prises de notes, appelés sticky notes.

Une fois le plugin Firefox appelé Diigo: Web Highlighter and Sticky Notes installé, vous devriez prendre conscience de la puissance de cet outil pour votre veille collaborative et personnelle.

Ci-dessous, en (trop) petit, la barre d’outils Diigo dans Firefox :

Barre d'outils Diigo

Depuis votre compte, vous pouvez faire des captures d’écrans, des previews de pages et intégrer directement des images à côté de vos notes.

Diigo Preview

Et, si, de temps en temps, vous vous rendez compte que les passages surlignés gagneraient à être regroupés dans une seule section au lieu de 4 comme le montre la capture ci-dessous, alors je n’ai pas trouvé mieux que l’utilisation de Firebug. Firebug me permet de regrouper les passages surlignés, pour ensuite les « highlighter » via le bouton de la barre d’outils Diigo. Un peu long toutefois dans la démarche …

Diigo Highlights

Désormais, Delicious me sert à mettre en favoris le tout-venant, et Diigo les sujets d’analyse et de réflexion. Je ne sais pas si cette gymnastique va durer. Pour l’instant, cela tient.

3 commentaires

  1. Tu peux linker ton compte Delicious avec Diigo, chaque bookmark sur diigo va directement dans ton Delicious. ;) Sinon je suis entierement d’accord concernant les outils qu’apporte Diigo face a Delicious.
    Cela va faire plus d’un an et demi que je l’utilise et il est vrai que c’est extremement pratique, seul amelioration qui serai bienvenue c’est la recherche interne de ses bookmarks.

    Commentaire par loopion — 8 août 2010 @ 16:36

  2. Intéressant, mais qu’est ce que ca donne en terme de référencement ? dofollow et pr ? je ne crois pas que delicious soit en dofollow. Pour ma part, je ne connais pas Digo

    Yvan,

    Commentaire par YvanDupuy — 11 août 2010 @ 23:17

  3. J’avoue ne pas m’être posé la question. En fait, cette question m’intéresse moins que le sujet de la veille personnelle possible à faire avec ces outils.

    Delicious est en « nofollow », du coup, en privé, tu gères tes campagnes de netlinking avec ton client de manière sereine. Et, pour Diigo, je ne sais pas … je pense que l’usage est ailleurs ???!!! Merci pour ton commentaire.

    Commentaire par aldbriand — 12 août 2010 @ 11:03

Flux RSS des commentaires de cet article.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Twitter epokhe - Arnaud Briand Haut de page