< Search/Acquisition, Web Analytics/Conversion & Web Social/Relation />

Google nous rappelle que si l'on veut changer les règles du jeu, on doit construire sa réussite sur le risque de l'expérimentation. (Antoine Riboud)

Le retour du « Cliquez ici », pour le pire … / 19 janvier 2010

Les experts en écriture Web (web writing ou web editing en anglais) conseillent d’écrire pour être lu par des humains et compris par les robots des moteurs d’indexation.

Il y a un peu plus d’an, j’écrivais un billet intitulé les bonnes pratiques du lien hypertexte. Cet article croisait les pratiques de l’ergonome, de l’expert accessibilité et du référenceur.

Des liens pleins de « carewords »

A cette époque, j’avais emprunté une illustration de Patricia Gallot-Lavallée pour expliquer que les liens creux, c’est-à-dire les liens non explicites ou non compréhensibles HORS CONTEXTE, étaient une plaie pour les ergonomes, les experts en accessibilité numérique et les référenceurs, qui chérissent les libellés dont le segment est composé de « carewords » (mot emprunté à Crawford Killian, d’ailleurs plus poétique que « keywords »).

Cliquez ici

La majorité des référenceurs savent bien que les liens référents sont la killer application du référencement, comme le montre la capture ci-dessous, sourcée auprès de l’agence de Seattle SEOmoz. Seulement, l’arrivée de Jaws 10, qui est un logiciel pour déficients visuels, risque de perturber la tendance, celle qui encourage les concepteurs de sites web à ne plus utiliser les liens de type « cliquez ici » et « pour en savoir plus ».

Top 5 ranking factors

Jaws 10 va-t-il tout dégommer ?

La version 10 de Jaws (et c’est ce qui a sans doute motivé les rédacteurs des WCAG 2.0 à introduire le concept d’élément en contexte) permet, lorsqu’un utilisateur parcourt les liens présents dans une page Web, d’avoir le texte environnant (paragraphe P contenant le lien A, élément de liste LI contenant le lien A, titre Hn de section le plus proche) et non plus seulement l’ancre A.

Depuis des années, les experts en accessibilité conseillent à leurs clients de travailler leurs liens comme des éléments de titres, pour les rendre explicites hors contexte, et aujourd’hui, Jaws 10 offre la possibilité de capter le texte environnant de l’élément HTML parent.

Je ne sais pas pour vous, mais j’ai l’impression qu’en vérité, les WCAG 2.0, tant attendues, recèlent de jolis retours en arrière !!!??? Jaws n’y ai pour rien … disons que j’ose croire que l’accessibilité y perdra.

3 commentaires

  1. Bonjour,
    Je tenais à ajouter quelques précisions sur les fameux « cliquez-ici » et « en savoir plus ». Je suis comme vous intimement convaincu de l’hérésie de leur utilisation, néanmoins ma récente implication dans le milieu bancaire BTOB m’a plusieurs fois contredit.

    En effet, après avoir mené plusieurs tests sur de l’e-mailing et sur nos pages web, il semble que notre « public » ne soit pas du tout sensible aux carewords… mais bel et bien aux liens creux.

    Je pense que certaines catégories d’audience (notamment parmi les plus âgés) ont encore besoin de ce type de lien pour savoir où ils doivent aller.

    Les ergonomes ont encore beaucoup de travail afin de sensibiliser nos visiteurs mais je pense que la marche va dans le bon sens

    Commentaire par Raoul — 20 janvier 2010 @ 10:14

  2. [...] Lire de l’article intitulé : Le retour du « Cliquez ici » [...]

    Ping par Le retour du « Cliquez ici », pour le pire … | traffic-internet.net — 20 janvier 2010 @ 10:20

  3. Merci Raoul pour ce commentaire générationnel :-) . J’avais noté il y a longtemps qu’Orange.fr n’avait plus de liens creux de type « cliquez ici », et que donc, malgré la cible « grand public », ils avaient fait le choix de liens plus explicites, trop longs en règle générale, mais explicites.
    Je continuerais à me battre contre les « cliquez ici ».

    Commentaire par aldbriand — 20 janvier 2010 @ 21:04

Flux RSS des commentaires de cet article.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Twitter epokhe - Arnaud Briand Haut de page