< Search/Acquisition, Web Analytics/Conversion & Web Social/Relation />

Google nous rappelle que si l'on veut changer les règles du jeu, on doit construire sa réussite sur le risque de l'expérimentation. (Antoine Riboud)

Je cherche un synthéticien / 29 juin 2009

Je viens de regarder la vidéo sur TechTocTV intitulée « Le recrutement d’un Community Manager est-il nécessaire ? » où l’on y retrouve la souriante Patricia Gallot-Lavallée qui s’exprime sur les problématiques et les fonctions de ce nouveau métier, à la croisée des chemins entre le RP, le marketing, le service client et l’éditorial.

Les interlocuteurs nous parlent de cet acteur, cet animateur qui tend l’oreille, écoute tout en étant en mesure d’associer des objectifs de structuration de l’information, d’e-réputation et de personal branding.

Le synthéticien de John Brunner

Couverture du livre Tous à ZanzibarA la fin de cette vidéo très intéressante, les interlocuteurs disent « ne pas aimer le terme de manager », francisé mais trop top-down et pas assez vertical. Dans ce qu’ils évoquent, le community manager, l’homme/la femme qui créé(e) du lien, qui veille, qui tent l’oreille et retranscrit, me fait farouchement penser au terme de « synthéticien », dans le livre de John Brunner intitulé « Tous à Zanzibar » (1968). Dans cet ouvrage de science-fiction, le personnage principal est un synthéticien, c’est-à-dire un professionnel de la veille, de l’intelligence économique, à l’écoute et capable de lobbying et d’influence si besoin.

Ce néologisme est intéressant, car ex-nihilo, il ne fait référence à aucun schéma préconçu tel que « manager ».

Twitter est très bon pour les breaking news / 27 juin 2009

Extrait d’une interview de Biz Stone du Monde du 26 Juin 2009.

Biz StoneLors des récents événements en Iran, quel rôle a joué Twitter et est-il exact que le gouvernement américain vous a demandé de décaler une opération de maintenance qui risquait d’interrompre votre service ?

Lors des événements en Iran, la chose importante à retenir est le rôle crucial que joue une plate-forme ouverte d’échange d’information. Il ne s’agit pas uniquement de Twitter. Cela aide les gens à partager ce qu’ils savent, à raconter ce qui est en train de se passer.

Concernant l’opération de maintenance, nous l’avions décalée plusieurs fois. Nous avions convenu avec notre partenaire NTT America, que ce serait le 19 juin. Nous avons immédiatement eu des réactions des membres de Twitter nous disant que nous ne pouvions pas faire cela à cause des événements en Iran. Nous avons reçu une demande du gouvernement américain, mais en aucun cas un ordre ou une injonction. Cela prouve que le gouvernement reconnaît la valeur de l’outil. Mais c’est nous qui avons pris la décision de retarder de quelques heures l’opération de maintenance et d’en réduire la durée.

Une anecdote utile pour convaincre ?

Cette anecdote, je ne sais pas pour vous, mais je vais m’en servir lors de mes rencontres avec des responsables et chargés de marketing/communication. On en rencontre encore des gens dubitatifs, seulement, force est de reconnaître que Twitter est très bon pour les breaking news (les dépêches).

Internet est-il un média fiable ? / 26 juin 2009

Ce matin, en me levant, j’entends comme tout le monde que Mickaël Jackson nous a quitté. Quelques minutes après, une petite fille de 13 ans est interviewée sur une de nos grandes radios nationales. Elle disait en substance qu’au départ, elle ne croyait pas à la mort de l’icône de la pop, qu’elle croyait à une rumeur « de plus » issue de l’Internet. Pour ne pas rester dans le doute, elle a écouté la radio et regardé la télévision.

D’un point de vue psychologique, je trouve sa démarche très intéressante. Elle n’a pas cru dans l’Internet. Elle est allée chercher l’information sur d’autres supports.

Le sujet de l’Internet, comme source fiable et pertinente, et donc faisant autorité, m’intéresse. Etant donné la multitude de sources, il est extrêmement difficile de séparer le bon grain de l’ivraie. Comme je lisais ici où là que les jeunes générations ont du mal à identifier la fiabilité des sources, je me dis que cette démarche isolée est intéressante, que la radio et la télévision remplissent un rôle qui fait défaut à Internet.

Une constatation à propos de Google Search / 4 juin 2009

A l’occasion de la sortie de la version 3 de la boutique de vente de tisane au rooibos Arbadea, j’en profite pour vous livrer une constation, certes, isolée, mais flagrante.

Une émission sur le rooibos à Télématin

Le 28 février 2009, Télématin fait une émission sur le rooibos, cette plante en provenance d’Afrique du Sud, riche en antioxydants, pauvre en tanins et sans théine. L’équipe de William Leymergie parle d’un concurrent d’Arbadea.com, un site Web que je gère depuis 4 ans. Belle réussite par ailleurs pour l’attaché de presse de ce concurrent !

Les demandes de bons de commande affluent sur Arbadea : près de 150 en une seule journée ! Et, le nombre de visites passe d’un rapport de 1 à 32 sur 3 jours. Plusieurs milliers de visiteurs en 3 jours, et la machine s’emballe. Merci William !

Le plus étonnant, c’est de constater le véritable chamboulement qui s’ensuivit. Avant l’émission, Arbadea se positionnait 3ème sur la requête unique « rooibos », derrière Wikipédia et Passeport Santé. Après l’émission, et la hausse considérable de trafic, Arbadea est passé devant Wikipédia et Passeport Santé, soit en première place. Champagne !

Une position gagnée dans le triangle d’or

La relation de cause à effet fut directe. Le passage en première position se concrétisa seulement 5 jours après l’émission. Le site de l’émission Télématin débarqua également en première page sur Google, et Passeport Santé chuta.

Tout cela n’a, certes, pas duré (3 semaines environ), puisque Wikipédia est repassé devant. Seulement, Passeport Santé est resté derrière. Arbadea gagna finalement 1 place, dure à gagner dans le triangle d’or.

La hausse de trafic peut-elle expliquer ce bouleversement ? Google applique-t-il un filtre spécial au triangle d’or sur la base des clics ? Avec des titres et descriptions informatifs et incitatifs, le site Arbadea a-t-il suscité davantage de clics, relèguant ces confrères derrière ?

A titre personnel, je crois à la convergence des données : Search/SEO + Analytics. En tout cas, je vais poursuivre l’écriture de contenus orientés utilisateurs, considérant, pour ce qui est du Search, que les meilleurs objectifs de positionnement sont ceux des utilisateurs de Google.

9 milliards de dollars pour Bing / 1 juin 2009

Avec près de 65% des parts de marché dans le monde (90% en France, 79,6% en Europe, 64,2% aux Etats-Unis et 42% en Asie Pacifique), Google est le concurrent à abattre. Les forces en présence (Microsoft, Cuil, Wolfram, Ask, Yahoo!) le savent, la barrière à l’entrée sera difficile à franchir.

Dans Le Monde, daté du 30 mai 2009, François Bourdoncle, d’Exalead, explique que :

« Google a acquis une compétence unique à gérer efficacement, à moindre coût, notamment énergétique, les millions de serveurs informatiques sur lesquels il archive le Web ».

bing

Aussi, lorsque le responsable de la division grand public de Microsoft France, Olivier Marcheteau, dit qu’ « une part significative des 9 milliards de dollars (soit 40% du CA de Google en 2008) que nous consacrerons en 2009 à la recherche et développement ira au moteur » Bing, son nouveau moteur, faut-il y voir un énième effet d’annonce, après les échecs de MSN Search, Windows Live Search et Live Search ?

Casser les habitudes

Certes, Microsoft a des moyens financiers et humains, seulement cela suffira-t-il pour « casser les habitudes », comme le dit Olivier Marchanteau. Des habitudes de navigation qui débutent d’ailleurs souvent sur Facebook (50% des 150 millions d’utilisateurs actifs de ce site le visitent chaque jour) et moins sur Google, reléguant le moteur à 2 ou 3 clics de l’internaute.

Aujourd’hui, dans une économie de l’attention, les batailles qui s’annoncent vont être passionnantes. Google et Bing ne sont que des canaux de distribution de l’information. Notre attention s’y fixe d’ailleurs de moins en moins. A l’heure des blogs, réseaux sociaux et communautés, la question que je me pose est la suivante : Les enjeux se situent-ils dans les pourcentages de part de marché de la Recherche Web, ou dans les pourcentages de part d’attention de la Recherche Web versus les médias dits « sociaux » ? D’autant que le pont entre les deux est le grand chantier de Google, à savoir la recherche « en temps réel », cristallisée par Twitter Search.

Twitter epokhe - Arnaud Briand Haut de page