< Search/Acquisition, Web Analytics/Conversion & Web Social/Relation />

Google nous rappelle que si l'on veut changer les règles du jeu, on doit construire sa réussite sur le risque de l'expérimentation. (Antoine Riboud)

Le linkbaiting, une logique de webmastering ? / 29 juillet 2008

Mon précédent billet évoquait l’idée d’un rapprochement (inéluctable) du référencement naturel avec le webmastering.

Certains d’entre vous y adhèrent, considérant même que leur association coule de source, tandis que d’autres restent plus réservés. Je pense à Vanessa, de l’agence e-marketing Proxima Créative et à Martin.

Personnellement, ma réflexion se construit, même si, pour certaines PME, j’ose penser qu’un référenceur/webmaster en temps partagé, est une voie intéressante à creuser pour développer sa visibilité : je mets de côté les termes « positionnement » et « référencement » pour essayer de prendre de la hauteur, avec le concept de « trouvabilité », que j’ai appréhendé la première fois sur le blog de Jean-Hugues Bretin, SEO Manager, avec son billet intitulé « Penser trouvabilité avant de penser référencement ». Son billet replace l’utilisateur au cœur du travail du SEO/référenceur.

Un site Web comme un creuset d’informations consistantes, pertinentes, claires, succinctes et lisibles, intégrées judicieusement dans un design créatif et persuasif.

A ce titre, lorsque l’on pense à l’utilisateur final, le lecteur, le chaland, le prospect, etc., alors je rejoins le commentaire de Brandon, sur le billet de Matt Cutts, intitulé « SEO Advice : linkbait et linkbaiting », qui dit que le concept marketing de linkbaiting n’est autre que la personnification d’un bon webmaster, qui considère son site Web comme un creuset d’informations consistantes, pertinentes, claires, succinctes et lisibles, intégrées judicieusement dans un design créatif et persuasif.

Vous traduirez comme bon vous semble : “linkbaiting” sounds to me just like “being a good webmaster”.

Ceci étant dit, le linkbaiting ne s’inscrit-il pas, et cela me conforte dans l’idée que ce concept n’est qu’une boîte vide, dans une logique plus pérenne de qualité, poussant son webmaster à devenir (peut-être) un expert en trouvabilité, créatif, administrateur et chef de projet, son projet, qui n’est autre que son site Web ? Un chef d’orchestre, au même titre que le référenceur, qui jongle avec la technique, l’éditorial et la notoriété ?

Autre billet sur le sujet du linkbaiting intitulé 3 techniques de linkbaiting, par l’agence SEOmoz

Le référencement naturel, vers une logique de webmastering ? / 8 juillet 2008

Dans un post intitulé « 6 moyens pour augmenter la fréquence de crawl sur un site », le blog Ramenos énonce (fort bien d’ailleurs) la nécessité de mettre à jour régulièrement son site Web. Arnaud Mangasaryan dit que « le référencement d’un site n’est pas ponctuel, il se fait en permanence, sur le moyen et le long terme ».

Cela m’a notamment interpellé … Le référencement, ce corps de compétences techniques, marketing et éditoriales, n’est-il pas en train de migrer vers une logique de webmastering ?

De quoi parle-t-on ? Qu’est-ce que cela sous-tend ? Je pense à la nécessité de :

  • rechercher, analyser, trier et vérifier l’information (logique de l’info-sourcing)
  • écrire, réécrire et structurer le contenu éditorial
  • gérer le dialogue entre vous et vos lecteurs (dans le cas où un blog est juxtaposé à un site catalogue, institutionnel, etc.), ce qui représente une tâche chronophage et impliquante
  • gérer la réputation du site Web, et notamment le linking, les partenariats, l’epub/branding, de manière à associer des objectifs de trafic et de visibilité naturelle
  • analyser les métriques du site Web, déterminer les actions correctives et assurer leur mise en œuvre
  • assurer la mise en œuvre de campagnes d’achat de mots clés (pour des événements ad hoc par exemple)
  • gérer l’emailing, la fidélisation

Quelques récentes discussions m’encouragent à penser que le référencement s’assimile, pour certaines sociétés, à du webmastering/monitoring. Bien sûr, toutes les sociétés ne sont pas matures.

Le référencement naturel n’agonise-t-il pas d’une mort lente au profit d’une logique plus pérenne de webmastering/monitoring ?

La maturité est essentielle pour intégrer le référencement naturel dans une logique de webmastering. Nous en sommes aujourd’hui très loin, ce qui laissera du temps aux agences pour s’adapter. Toujours est-il que le référencement naturel n’est plus, en 2008, une brique que l’on juxtapose en amont et en aval d’une création.

Il y a 3 ans, les agences étaient sollicitées en aval du processus créatif. Aujourd’hui, certains clients matures incluent le référencement en amont. Seulement, dans la mesure où la technique n’est qu’un rouage d’une mécanique plus pérenne et surtout plus marketing, un préalable avant l’éditorial et le linking, la question que je me pose est celle-ci (d’ailleurs, certains d’entre vous la trouveront peut-être inepte) :

Les agences de référencement naturel vont-elles se transformer pour proposer à leurs clients des prestations de webmastering ?

Des pages « à propos » qui n’en disent pas assez / 7 juillet 2008

Dans la majorité des cas, les pages « à propos » ne sont pas assez exhaustives, ce qui crée un sentiment de frustration chez les internautes.

Pourtant, cette page est essentielle pour inspirer confiance, notamment pour les sites de e-commerce.

Alors que la confiance et la crédibilité sont deux problèmes majeurs sur le Web, les pages « à propos », qui sont pourtant fréquemment utilisées, n’en disent pas assez.

Les internautes souhaitent y retrouver:

  • le nom de son principal dirigeant ou représentant
  • les coordonnées précises
  • l’éthique de l’entreprise
  • les dates et grands événements de son historique

site du thé rouge ArbadeaA mon humble échelle, la mise en lumière du simple numéro de téléphone sur le site Web de vente de « thé rouge » rooibos Arbadea a cristallisé un marqueur. Il est impossible de tirer une conclusion générale d’un cas particulier, d’autant que le site Arbadea se positionne sur une niche. Toujours est-il que le nombre de demandes de tarifs a été multiplié par 3. Les internautes n’appellent pas pour autant au bureau.

Ce marqueur a sans doute joué un rôle … lequel exactement, je n’en sais trop rien, mais inspirer confiance est devenu notre priorité.

Ce billet contient des informations issus du livre de Jakob Nielsen, intitulé « Site web: priorité à la simplicité ».

Twitter epokhe - Arnaud Briand Haut de page