< Search/Acquisition, Web Analytics/Conversion & Web Social/Relation />

Google nous rappelle que si l'on veut changer les règles du jeu, on doit construire sa réussite sur le risque de l'expérimentation. (Antoine Riboud)

Comment obtenir un job dans le référencement ? / 24 mai 2008

How to apply for an SEO/M job ?Il y a quelques semaines, l’agence SEOmoz proposait une vidéo intitulée « How to get a job in the SEO industry ? ». Titre intéressant, intriguant même. Je clique donc …

Qu’en est-il in fine ? Je vous dresse donc les compétences et qualités glanées dans cet article, et les différents commentaires associés. J’en ai rajouté quelques-unes, histoire de ne jamais trouver le « mouton à 5 pattes et 2 ailes » recherché :

  • être passionné par le Web (la base je pense)
  • avoir une certaine connaissance du marché et des players
  • avoir une connaissance des us et coûtumes de la blogosphère
  • avoir un esprit de synthèse et le souci du détail
  • être capable de dire « non » (et ce n’est pas facile) quand un client souhaite se positionner sur un terme générique (immobilier, défiscalisation, webmarketing, etc.) inutile
  • avoir des connaissances en HTML/CSS, et surtout en structuration de l’information
  • aimer les mots dans la mesure où le référenceur se mue en rédacteur Web
  • avoir une « immense » curiosité, afin d’éviter de se reposer sur ses acquis. Et, comme le dit Rousseau, « On n’est curieux qu’à proportion de ce qu’on est instruit. » Tout un programme !
  • un esprit polychronique, surtout si vous bossez en agence, me semble essentiel
  • être un communicant, pour gérer la relation client
  • et, comme le dit bien Rand Fishkin , être capable d’expliquer des sujets complexes de manière simple (utilisation d’images, de métaphores)

Sans oublier de toujours se donner à fond ! Vous en voyez d’autres ?

Google préfère les résultats sponsorisés !!! / 16 mai 2008

Quand vous travaillez 8 heures par jour (c’est une moyenne, heureusement qu’il y a des pauses café !) sur votre ordinateur, entre Google, Yahoo!, Netvibes, PowerPoint, etc., des biais s’immiscent irrémédiablement. Parmi ces biais, votre déconnexion du monde de l’internaute lambda.

Pourtant, je m’efforce toujours d’essayer de comprendre au mieux le degré de maturité de mon interlocuteur, de mon client, afin d’éviter de parler de PageRank, de TrustRank, de Long Tail, de Link Marketing, de SEO, de SERP, d’attributs ALT, de H1, d’URL, etc.

Google placent des résultats à droite dans les pages de résultats parce qu’ils les préfèrent.

Et, hier soir, un ami me dit, et là, ma surprise est énorme, que certaines personnes pensent que Google placent des résultats à droite dans les pages de résultats parce qu’ils les préfèrent, tout simplement. Et là, vous vous dites vraiment qu’il faut sortir de la boîte de temps à autre, crever la bulle ???!!!

Vous avez des perles de ce type ? Des réflexions à faire partager ? Merci.

Le livre : Pourquoi bloguer dans un contexte d’affaires ? / 14 mai 2008

Je viens de découvrir aujourd’hui le livre intitulé « Pourquoi bloguer dans un contexte d’affaires ? » de Martin Lessard, spécialiste en stratégie et analyse web. Son blog est d’ailleurs une source de réflexion énorme.

Je pense l’acheter rapidement, il viendra agrémenter ma réflexion sur les blogs d’entreprise et le web corporate :

site Web du livre Pourquoi bloguer dans un contexte d’affaires ?

12 astuces pour le référencement dans Google Images / 11 mai 2008

Alors que 95% de l’attention des référenceurs professionnels est captée par la recherche « normale », les manoeuvres actuelles des moteurs au sujet des images vont sans doute faire bouger les choses.

Avec l’avènement de la recherche universelle, la recherche d’images s’insèrent désormais dans le travail du référenceur professionnel. J’imagine que certains d’entre nous y portent déjà un fort intérêt, seulement, un récent brevet déposé par Google (la méthode « VisualRank ») replace le sujet au coeur du débat.

Ci-dessous 12 astuces pour référencer des images dans Google Images :

  • la légende pertinente de l’image, la fameux attribut ALT (l’accessibilité prévaut, selon moi, sur le « keyword stuffing »)
  • utiliser le mot « photo » dans la légende ALT (ce qui me laisse perplexe, puisque le ALT est déjà intèprêter pour sa fonction)
  • le nom de l’image
  • le texte qui entoure l’image (Bill Slawski, de SEO by the SEA l’évoque en ces termes : « text that is only a certain distance away from the pictures »)
  • le titre de la page
  • le format de l’image, avec une préférence pour le jpeg (j’y crois peu !, le gif est également facile à indexer)
  • un poids de l’image raisonnable (ce qui est compréhensible étant donné que le temps de chargement d’une page fait partie des critères d’indexation de Google)
  • la fraîcheur de l’image (d’après certains, il faudrait recharger régulièrement les images sur le serveur)
  • ranger vos images dans un répertoire dédié à une thématique spécifique
  • permettre la recherche avancée des images depuis le Google Webmaster Tool
  • un nombre limité d’images par page (comme la densité, bien qu’aujourd’hui obsolète, il faut éviter les abus)
  • republier vos images sur des sites sociaux (Flickr, Webshots, PBase, Fotki). Flickr aiderait le référencement sur Yahoo !

Pour ce qui est du référencement social, la qualité des images est essentielle. Une image (photographie, illustration) permet de mettre en valeur un contenu, d’aérer et de faciliter la lisibilité d’une page Web. Je crois beaucoup à la fonction de « metteur en texte », signée Joël Ronez, dans son livre « L’écrit Web », laquelle vise à ne plus considérer le contenu comme un élément subalterne de mise en page. Les moteurs représentent, certes, une cible de choix. Seulement, sont-ils plus importants que vos utilisateurs ?

Pour aller plus loin : How Do Images Get Ranked in Image ? sur SEO by the SEA.

Vive le réchauffement climatique / 7 mai 2008

Avec l’arrivée des beaux jours, je vous présente une petite vidéo, qui, je l’avoue, m’a bien fait sourire. Avec la musique s’il vous plaît, c’est tellement bon !

vidéo sur le réchauffement climatique

Voir la vidéo sur le réchauffement climatique.

Pardon à l’équipe du magazine sur le développement durable Terra Economica pour cette boutade :-) !

Le référenceur se mue en rédacteur Web / 6 mai 2008

Les métiers de référenceur et de rédacteur doivent se parler et s’apprivoiser … Certes, Google n’est pas votre premier lecteur, seulement il influence notablement l’orientation des contenus éditoriaux. Alors que le référencement devient social, que l’objectif n’est pas de positionner un site Web, mais de fidéliser son audience, certaines agences communiquement déjà sur la mue de leur coeur de métier.

logo de l'agence SynodianceC’est le cas de l’agence Synodiance, à Nantes, qui a décidé de mettre en place un pôle dédié au contenu. « L’idée est de proposer à nos clients des contenus récepteurs ou générateurs de trafic : réseaux sociaux de marque, widgets, mini-sites… », présente Christophe Rozuel.

logo de l'agence ApositionA Paris, l’agence de reférencement Aposition cherche également un chargé de référencement avec les spécialités suivantes :

  • Rédacteur web
  • Netmarketer / analyste SEM
  • Buzz marketer / chargé de partenariats
  • Intégrateur web / spécialiste code valide – accessible
  • Spécialiste mesure d’audience / web analytics

L’année 2008 semble être l’année de la mue du métier de référenceur. Déjà qu’il n’est pas facile de trouver des profils techniques et marketing, si, en plus, le mouton à cinq pattes et deux ailes doit posséder des qualités rédactionnelles, alors les agences vont devoir se battre.

Un pôle « formation au référencement »

Avec la difficulté de mise en place d’une stratégie de linking, la formation est sans doute une brèche intéressante pour les agences webmarketing. Synodiance crée donc également un pôle formation et un pôle outsourcing.

Je trouve ces initiatives intéressantes, avec des chiffres qui donnent le tournis : l’agence Synodiance annonce un chiffre d’affaires 2007 de 3,7 M€ avec un résultat net de l’ordre de 10 %.

Les équipes de SEO vont se fragmenter avec des profils très spécialisés : des équipes techniques, des rédacteurs ou link baiters, des link builders, et tout le monde devra être capable de se parler, en pensant au client. Le « in-house » SEO (l’internalisation du référencement, ou la mise en place de collectifs SEO spécialisés, à l’image des journalistes-pigistes) a-t-il de beaux jours devant lui ?

Source : Com & Médias. Je n’ai aucun lien avec les agences Synodiance et Aposition, qui sont des concurrents de l’agence de search marketing qui m’emploie, Intuiti.

Deux niveaux de titre pour l’obtention d’un label / 4 mai 2008

L’accessibilité numérique, tout comme le référencement, ont des points communs. Parmi ceux-ci, je pense qu’ils sont au premier chef des méthodologies qui, elles-mêmes, sont ponctuées d’une kyrielle de détails.

Parmi ces détails, le nombre de niveaux de titre a son importance pour obtenir un label AccessiWeb, qu’il soit de Bronze, d’Argent ou d’Or. Je ne parle pas ici d’accessibilité numérique, mais de labellisation.

En effet, un site labellisé est accessible alors qu’un site accessible n’est pas forcément labellisable.

h1, h2Si, dans le cadre de votre projet, vous souhaitez (ou votre client) un label, en vous basant sur les points de contrôle AccessiWeb, alors je vous invite à proposer pour chaque page Web auditée deux niveaux de titre Hn (le titre de niveau 1 H1 et le titre de niveau 2 H2).

Quand on pense aux différentes écoles sur le H1 …

  • dans la têtière, donc identique sur toutes les pages,
  • ou dans le contenu informationnel, soit différencié page par page
  • … ce double niveau de titre prend un sens nouveau.

Un H1 dans une têtière offre obligatoirement la présence d’un H2, ce qui n’est pas forcément vrai dans le second cas si la page Web offre un faible contenu éditorial.

Personnellement, en dehors de la page d’accueil, que je travaille un peu différemment en termes de structuration de l’information, j’estime que le titre de niveau 1 H1 se place dans le corps informationnel. Je prends donc l’habitude de garder à l’esprit la nécessité d’un double niveau de titre, même si le contenu éditorial est pauvre. En effet, rien n’empêche de l’enrichir.

Twitter epokhe - Arnaud Briand Haut de page