< Search/Acquisition, Web Analytics/Conversion & Web Social/Relation />

Google nous rappelle que si l'on veut changer les règles du jeu, on doit construire sa réussite sur le risque de l'expérimentation. (Antoine Riboud)

Pourquoi un référencement échoue ? / 16 avril 2008

Dans le référencement naturel, les projets sont divers : soit vous intervenez à la création du site, soit en cours de développement, soit une fois que le site est lancé et marketé. Les scénarii sont donc variés, ainsi que les problématiques.

site de l'hotel golf La Baule La BrestescheIl y a quelques semaines, j’ai eu l’opportunité d’assister à une réunion entre un client (qui n’était pas le mien) et son référenceur (qui ne l’est plus aujourd’hui). Je ne citerai pas son nom, je dirais seulement qu’il s’agit d’un poids lourd du référencement en France.

La problématique était simple : le site Web de l’hôtel golf à La Baule La Bretesche peinait à se positionner sur Google sur le champ lexical déterminé par les parties, y compris sa marque. Le prestataire affirmait qu’il y avait une « réaction anormale de Google« .

Une réaction anormale de Google

Ils ont donc développé, lors de leur présentation PowerPoint, les actions qu’ils avaient réalisées pour le référencement de cet hôtel de luxe :

  1. Mise en place d’un fichier Sitemap
  2. Optimisation des titres et métadonnées
  3. Création de contenus éditoriaux (5 pages en français et 5 pages en anglais)
  4. Création de liens non explicites
  5. Création d’articles

A ce stade, tout me paraissait correct, vu de ma fenêtre (je ne connaissais pas dans le détail le site Web et son historique).

Ils ont donc résumé leur travail sur une diapositive :

  1. Travail sur la structure : fichier Sitemap
  2. Travail sur le contenu : création d’éditoriaux
  3. Travail sur la notoriété : création de liens dans des articles

Là où les choses deviennent intéressantes, parce que la méthodologie (technique + éditorial + notoriété) me paraissait et me parait toujours excellente, c’est la conclusion de leur présentation ainsi que leur préconisation. Le prestataire affirma effectivement qu’une réorientation stratégique était primordiale, en s’appuyant :

  1. sur un nouveau nom de domaine et un nouvel hébergement
  2. sur la mise en place de nouveaux contenus pour que Google identifie le site comme « nouveau »
  3. sur le développement d’un maillage propre et efficace
  4. et enfin, sur la mise en place d’une campagne de liens sponsorisés, afin « de patienter »

Ce qui m’a surpris, une fois le capot du moteur ouvert, c’est de constater l’existant du site Web de l’hôtel de luxe La Bresteche :

  • des URLs avec souvent plus de 4 tirets demi-cadratins sur le modèle « mot-clé-domaine-de-la-bretesche.php »
  • une absence de structuration de l’information (balises de titre hn), et non un simple fichier Sitemap qui n’a rien à voir avec le sens que l’on peut donner au terme « structuration »
  • les 10 pages créées étaient situées hors de l’arborescence (le site n’est donc pas forcément bien rangé pour Google, qui déteste ce genre de pratique)
  • la présence de 2 articles sur l’hôtel de luxe dont les URLs sont très complexes
  • la création d’environ 10 liens référents non explicites, ce qui revient à «  »pisser dans un violon »

Chacun appréciera la qualité de la prestation. De mon côté, j’avoue avoir été effrayé par si peu d’implication et d’empathie. Jamais il ne me viendrait à l’esprit d’affirmer que « la notoriété doit être supérieure à la concurrence pour mieux se positionner », et de rejeter la faute sur une réaction anormale de Google.

Le référencement naturel reste un métier artisanal

Ce que m’inspire ce cas, et en relation avec un précédent article du Journal du Net, au sein duquel il est dit que « Netbooster (qui n’est pas le prestataire du cas Bretesche) compte de bien trop nombreux clients par chef de projet, ce qui gêne sa réactivité », c’est que le référencement reste en 2008 un métier artisanal et de plus en plus associé aux enjeux de l’accessibilité numérique, et que vous devez être prudent avant de confier votre bébé (Mandater un consultant en référencement : les 10 questions à poser ?).

L’accessibilité et le référencement sont des processus continus et partagés.

Ce qui n’est pas facile, c’est de faire comprendre aux clients que la patience est une vertu (cf. un article de Ramenos). Osez exiger des résultats, par contre, ne soyez pas surpris que le mot clé vous soit facturé plusieurs centaines d’euros !

Que ce soit en référencement ou en accessibilité numérique, je terminerais en paraphrasant Matthieu Faure, qui affirma, lors de son intervention à l’INOP de Nantes, que l’accessibilité est un processus continu et partagé », tout comme le référencement naturel. Et, que si votre référencement ne fonctionne pas, ce n’est pas toujours de la faute de votre prestataire, quoique !!!

Je remercie le responsable du site Web de l’hôtel de luxe La Bretesche, situé près de La Baule de m’avoir permis de proposer aux lecteurs d’epokhe ce cas de référencement.

15 commentaires

  1. Réaction anormale de Google (Blacklistage ?) en tout cas ses solutions le font penser : nouveau nom de domaine et un nouvel hébergement, nouveaux contenus, d’un maillage propre….

    Le fait d’être poids lourd du référencement en France n’est il pas finalement défavorable au référencement ? (Artisan: travail de qualité sur mesure / Industriel : travail à la chaine même formule pour tout le monde) ?

    Commentaire par Yassine (référenceur) — 17 avril 2008 @ 16:12

  2. Le site n’était pas blacklisté, car certaines pages étaient indexées. Seulement, rien ne réagissait. Les pages hors de l’arborescence ont sans doute provoqué des vagues. Je pense effectivement, comme vous, que le référencement est difficilement industrialisable (la notoriété évolue vers du RP et de l’éditorial), mais je me trompe peut-être. Je serais curieux d’avoir des avis externes.

    Commentaire par aldbriand — 17 avril 2008 @ 16:27

  3. Des noms ! Des noms ! Non je rigole bien sûr. Je pense avoir ma petite idée ;-) Redevenons sérieux.
    Je trouve qu’ajouter du contenu externe à un site est dénaturer le site et n’améliore pas du tout le site pour les visiteurs. Comme Google l’indique dans ses guidelines : « créez le site pour vos visiteurs, pas pour les moteurs ».
    Je pense que ce site manque tout simplement d’une optimisation réelle de son code et de son netlinking.

    Commentaire par Vince — 17 avril 2008 @ 16:48

  4. Pour ce qui est du .com, je vous l’accorde, mais je pense que la version française en .fr est désormais propre ; la structuration du code ne satisfait certes pas le point de contrôle AccessiWeb 10.3 « Avec les feuilles de style désactivées, l’ordre d’apparition de l’information est-il respecté par rapport à l’ordre d’apparition initialement défini ? ». Reste le titre de niveau 1 à implémenter … Pour son maillage, je vous l’accorde. Merci pour votre commentaire.

    Commentaire par aldbriand — 17 avril 2008 @ 16:57

  5. En regardant rapidement les backlinks, je n’ai rien vu de suspect…
    Pour le changement d’IP, la boite de référencement parlait peut être un mauvais voisinage…
    Si ça se trouve, la boite de référencement à uniquement fait du linking pour le .com ;-)
    Mais il est vrai que les pages à la marge de l’arborescence… c’est limite. Et il en clair que pour ce qui est du tourisme, la popularité (notoriété) joue un rôle très important.

    Commentaire par Jeux de rôle — 18 avril 2008 @ 8:43

  6. Pour ce que vous considérez comme de l’optimisation technique (en particulier par la hiérarchisation de l’information, donc l’utilisation des balises ) … c’est un standard ! Donc parler d’optimisation dans ce cas, je dirais plutôt que ceux qui ont fait le site, l’ont mal développé.
    Quant à la non retranscription (visibilité) du site dans les SERPs, c’est simplement parce que les besoins de recherches de la cible potentielle non pas été définis donc logiquement rien n’a(vait) été fait pour y répondre (à savoir créer un contenu pertinent pour les utilisateurs :p).
    En bref pas de véritable démarche qualité orientée utilisateur.

    Commentaire par Nico — 18 avril 2008 @ 9:21

  7. comment faies vous pour trouver les 10 pages crées si elle ne sont pas dans l’arborescence ?
    comment savez vous que le référencement n’a pas été pris en compte ?
    merci

    Commentaire par diana — 18 avril 2008 @ 10:21

  8. Au départ, c’était une présomption : la présence de pages en .html alors que toutes les autres étaient en .php, puis aucun lien depuis les pages en .php vers les pages en .html, seulement le contraire. Les pages en question n’avaient pas, également, la même mise en page …

    Commentaire par aldbriand — 18 avril 2008 @ 12:34

  9. Bonjour,

    Vous dites :
    « des URLs avec souvent plus de 4 tirets demi-cadratins sur le modèle “mot-clé-domaine-de-la-bretesche.php” ».

    Quel est le problème avec les urls de plus de 4 tirets ?
    Merci

    Commentaire par CHAB — 19 avril 2008 @ 9:34

  10. C’est vrai que la prestation paraît vraiment limite, mais il faut voir aussi les montants réellement facturés. Le référencement de qualité a un coût, car doit faire appel à de la main d’oeuvre qualifiée ! Alors que certains s’imaginent qu’ils vont arriver en première position sur des requêtes concurrrentielles pour quelques centaines d’euros ?! … à leur décharge ceci est souvent basé sur des publicités mensongères !

    Commentaire par Blog Paradi-SEO — 19 avril 2008 @ 11:15

  11. Prix de la prestation :
    Je suis d’accord avec vous : je n’ai pas le prix de prestation, simplement eu vent de quelques milliers d’euros. Cela me paraît toutefois cher pour si peu.
    Les URLs à plus de 4 tirets demi-cadratins :
    J’évite toujours d’accumuler les tirets demi-cadratins, en proposant des URLs sémantiques qui correspondent au thème de la page. A une époque, MSN indexait plus difficilement les URLs trop longues. Et, pour le cas qui nous concerne, je ne vois pas l’intérêt d’écrire à chaque fois « domaine-de-la-bretesche », si la page traite des chambres.

    Commentaire par aldbriand — 19 avril 2008 @ 14:56

  12. Bonjour,

    Votre post est intéressant, je travaille moi même dans le référencement. J’étais précédemment dans une grand agence parisienne et je connais très bien les problématiques SEO et achat de mots clés (avoir 200 clients à gérer petits comptes ou 40 clients grands comptes :s), d’ailleurs c’est pour ça que je viens de créer ma propre entreprise pour apporter un meilleur suivi et une meilleure qualité à mes clients).
    > Mais ma question concerne l’une de vos remarques : « Jamais il ne me viendrait à l’esprit d’affirmer que “la notoriété doit être supérieure à la concurrence pour mieux se positionner” », qu’entendez-vous par là ? Car si on terme de ‘notoriété’ on parle de linking (nombre et qualité de back links) et donc de Page Rank, alors je suis d’accord avec le prestataire qui affirme à son client qu’il doit travailler son linking pour gagner en popularité et donc bien se positionner dans les SERPs. Car avec ce site, qui a 0 de PR actuellement et vu les mots clés génériques utilisés dans les URLS et META, je ne vois pas comment il sera bien positionné dans Google (hotel de luxe, restaurant gastronomie, golf ??, etc.). Et ayant travaillé le SEO de plusieurs centaines de sites, je sais qu’à optimisations égales (code source, meta, url et contenu) c’est le site qui a la meilleure popularité (et souvent meilleure PR) qui sera placé avant les autres.

    Par ailleurs vous citez le cas de NetBooster sur le JDN, auriez vous l’URL de cette news svp ?

    Commentaire par Martin — 21 avril 2008 @ 8:42

  13. Ok, d’accord, je me suis mal exprimé : dans mon écrit, « notoriété » vaut pour « PageRank ». Bien sûr, un linking cohérent permet un meilleur positionnement, mais, en aucun cas, un PageRank de 4 permet un meilleur ranking par rapport à un PageRank de 3. Le nom de domaine de l’hôtel de luxe Bretesche.fr est nouveau, il faudra lui laisser du temps pour se positionner, mais cela ne dépendra pas de son PageRank.
    Pour ce qui est de Netbooster, je n’arrive plus à trouver l’URL. J’ai honte, et je m’en excuse. Je l’ai lu, mais je n’arrive plus à la retrouver. Désolé. Merci pour votre commentaire, très riche.

    Commentaire par aldbriand — 21 avril 2008 @ 21:16

  14. Je découvre votre excellent blog à travers ce billet où je partage votre analyse sur l’ensemble des points techniques que vous avez soulevé et les solutions que vous avez évoqué.

    C’est effectivement un « cas d’école » intéressant en terme de SEO mais je ne suis pas certain qu’en terme marketing cela suffise à remplir les objectifs du client : convertir le trafic généré en prospects puis en clients.

    Le design, l’accessibilité, l’ergonomie et le contenu sont à revoir AMHA.
    Faire un travail de SEO sur un tel site c’est mettre une selle de course sur un cheval de trait en espérant qu’il va gagner le Grand Prix d’Amérique.

    Bref, de mon point de vue, une refonte totale s’impose.

    Commentaire par Philippe — 22 avril 2008 @ 9:29

  15. Je suis d’accord avec vous, le référencement ne peut plus être une discipline isolée : l’ergonomie est essentielle pour convertir les visiteurs. Merci pour votre avis positif sur le blog epokhe.

    Commentaire par aldbriand — 22 avril 2008 @ 23:22

Flux RSS des commentaires de cet article.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Twitter epokhe - Arnaud Briand Haut de page