< Search/Acquisition, Web Analytics/Conversion & Web Social/Relation />

Google nous rappelle que si l'on veut changer les règles du jeu, on doit construire sa réussite sur le risque de l'expérimentation. (Antoine Riboud)

Le e-marketing en un schéma / 27 mai 2007

L’autre jour, je faisais quelque peu le point sur ma vision du webmarketing dans son ensemble. Parfois, un schéma permet de bien situer son travail, de le placer dans un contexte plus global au service de la visibilité.

Il m’a aidé à bien délimiter les interactions des champs d’expertise les uns avec les autres. L’analyse et le conseil cristallisent la colonne vertébrale d’un projet Web, dont le noyau concerne les critères internes, liés à la structure et l’arborescence. Ensuite, toutes les actions de visibilité naturelle et rémunérée (critères externes) gravitent autour des préalables internes à la performance.

Légende du schéma :
Le noyau d’un projet e-marketing couvre les champs d’expertise suivant : l’écriture pour le Web ou la gestion éditoriale, l’accessibilité Web, l’optimisation technique et sémantique, l’ergonomie et l’utilisabilité. Le noyau concerne les critères internes à un site Web.
Les critères externes visent à promouvoir un site Web : l’affiliation ou l’externalisation de la force de vente, les liens sponsorisés, le marketing viral (et le linkbaiting), la publicité, le netlinking (qui s’assimile à un travail de RP sur le Web), l’emailing et la co-registration.

J’y ajouterais le sourcing en amont et la e-logistique en aval pour couvrir les champs d’intervention d’une boutique e-commerce.

2 commentaires

  1. Merci pour ce « portrait » qui semble bien couvrir tous les éléments du e-marketing.

    Petite coquille dans le schéma : linkbaiting au lieu de linkaiting.

    Commentaire par Nico — 1 juin 2007 @ 7:44

  2. Ah oui ! Je vais changer cela au plus tôt. Merci d’avoir noté cette erreur.

    Commentaire par aldbriand — 1 juin 2007 @ 8:21

Flux RSS des commentaires de cet article.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Twitter epokhe - Arnaud Briand Haut de page