< Search/Acquisition, Web Analytics/Conversion & Web Social/Relation />

Google nous rappelle que si l'on veut changer les règles du jeu, on doit construire sa réussite sur le risque de l'expérimentation. (Antoine Riboud)

Le e-marketing en un schéma / 27 mai 2007

L’autre jour, je faisais quelque peu le point sur ma vision du webmarketing dans son ensemble. Parfois, un schéma permet de bien situer son travail, de le placer dans un contexte plus global au service de la visibilité.

Il m’a aidé à bien délimiter les interactions des champs d’expertise les uns avec les autres. L’analyse et le conseil cristallisent la colonne vertébrale d’un projet Web, dont le noyau concerne les critères internes, liés à la structure et l’arborescence. Ensuite, toutes les actions de visibilité naturelle et rémunérée (critères externes) gravitent autour des préalables internes à la performance.

Légende du schéma :
Le noyau d’un projet e-marketing couvre les champs d’expertise suivant : l’écriture pour le Web ou la gestion éditoriale, l’accessibilité Web, l’optimisation technique et sémantique, l’ergonomie et l’utilisabilité. Le noyau concerne les critères internes à un site Web.
Les critères externes visent à promouvoir un site Web : l’affiliation ou l’externalisation de la force de vente, les liens sponsorisés, le marketing viral (et le linkbaiting), la publicité, le netlinking (qui s’assimile à un travail de RP sur le Web), l’emailing et la co-registration.

J’y ajouterais le sourcing en amont et la e-logistique en aval pour couvrir les champs d’intervention d’une boutique e-commerce.

Retrouve-moi.fr, le premier site de re-rencontre / 25 mai 2007

site de re-rencontre Retrouve-moi.frIl y a toujours à Nantes et ailleurs des endroits où vous aimez passer et revenir. Depuis plus de 3 ans, le bar Fées Maison a toujours eu pour moi une consonance singulière, celle d’une rencontre spéciale.

L’autre jour, sur la vitrine, les fées et les lutins de passage pouvaient y voir un énorme autocollant du site de re-rencontre retrouve-moi.fr. Nous sommes tous assommés par les Match.com et autres Meetic.fr, ces machines de l’amour, dont les bannières publicitaires inondent les messageries Yahoo!. Mais là, force est de reconnaître que le site retrouve-moi.fr apporte une réelle touche de délicatesse et de romantisme, appuyée par des instants de vie partagés par les contributeurs.

FÉES Maison, Café Curiosités
3 rue Pré Nian à Nantes
Plan d’accès

Il vous suffit de quelques minutes pour y apprécier le ton personnel, intime et vivant des messages … dans le métro, le train, le Monoprix, et même dans la rue.

Un petit message au passage que j’ai apprécié :

Tous les lundis vers 19h, vous faites vos courses au Monoprix de la rue Garibaldi, et moi je retarde les miennes pour vous voir plus souvent. Aujourd’hui, vous aviez dans votre panier des biscuits Gerblé à l’orange, voudriez-vous prendre le thé avec moi ?

La grande classe ce site ! (et, je ne suis payé pour le dire). Bon vent à tous ceux et toutes celles qui osent … merci à la nana de Malak.be pour le graphisme et aux Fées Maison, cet endroit qui cultive toujours notre curiosité !

5 annuaires en lien dur / 23 mai 2007

Capture d'écran de l'annuaire Webrepertory Après les scripts d’annuaire du type Mylinea, dont l’impact est peu ou prou tangible pour améliorer un positionnement, de nouvelles générations de scripts ont vu le jour ces derniers mois, à l’instar de MyDir et FreeGlobes.

Le script Php/MySQL FreeGlobes fonctionne vraiment bien et le nombre d’annuaires en lien dur basés sur ce script ne cessent de croître.

Mieux vaut en profiter avant la prochaine génération d’annuaires, qui n’aura sans doute rien à voir avec ce que nous connaissons aujourd’hui.

Les 5 annuaires ci-dessous sont de bonne facture :

A vos claviers ! Même si ces annuaires sont relativement récents, avec un PageRank faible, ils restent plus intéressants que d’autres, comme l’annuaire Espadon, qui ne proposent pas de lien dur mais exige en plus un lien de retour. Cet annuaire ferait 20 000 visites par mois, ce qui laisse vraiment circonspect vu la qualité médiocre de son contenu.

10 millions / 21 mai 2007

Logo de l'agrégateur NetvibesSelon Tariq Krim, le fondateur de Netvibes, le nombre d’utilisateurs de l’agrégateur est estimé à 10 millions (chiffre de mai 2007) en France et à l’étranger. Pas mal pour un service lancé le 15 septembre 2005 ! Cela fait environ 17 000 nouveaux inscrits par jour …

Et si vous en cherchez d’autres, il y a :

Capture d'écran de GoogleQuand Google nous indique que son algorithme est infaillible, et que sa page d’accueil personnalisée se positionne en tête de gondole (sur plus de 5 millions de résultats), loin devant ses concurrents, sans pour autant avoir un titre optimisé, nous serions tenté de croire qu’il nous dit bien ce qu’il veut …

Ce double discours du géant de Mountain View est d’autant plus à pondérer que 71% des utilisateurs estiment que la source d’information que représentent les résultats d’un moteur n’est en rien et jamais biaisée *.

* page 44 du livre de Jean-Noël Jeanneney, intitulé Quand Google défie l’Europe, Essai, aux Editions Mille et Une nuits (mai 2005)

L’avion Paris-New York à dose de social networking / 18 mai 2007

site L'Avion - voyages Paris-New YorkVoyager à prix réduit entre Paris et New-York, en s’appuyant sur le social networking ! L’idée est particulièrement intéressante pour un site de services.

Dans les airs depuis le 3 janvier 2007, L’Avion (www.lavion.fr) a été financé par une levée de fonds de 25 millions d’euros. Le positionnement : proposer des voyages classe affaire à un prix intéressant, en capitalisant sur les bons plans des Paryorkers. Le club des Paryorkers, c’est un réseau de gens plutôt aisés qui s’échangent des bons plans sur la ville de New-York, permettant ainsi les rencontres. L’idée me semble vraiment intéressante puisque les clients deviennent de véritables ambassadeurs de la marque.

Quand on lit que les sites de marque devront, dans l’avenir, proposer du service pour subsister, j’ose penser que l’équipe de L’Avion l’a très bien compris. La teneur très personnalisante de l’approche marketing se cristallise ainsi : la veille du départ, les clients reçoivent des informations sur le vol, ainsi que sur la destination New-Yorkaise (les températures, les activités culturelles du moment …). Le site rend disponible des informations pour la préparation de son voyage … tout est pensé pour fidéliser et créer la relation.

Le marketing relationnel bat son plein dans le cadre de ce site de marque. Les quelques focus sur les Paryorkers donnent vraiment envie de retourner dans l’antre romanesque de Paul Auster … seulement je pense que l’on peut trouver encore moins cher !

500 / 17 mai 2007

C’est le nombre estimé d’ordinateurs que Google mobilise pour renvoyer une réponse en moins d’une demi-seconde suite à une requête.

0,4 %

La moyenne de taux de clics sur une bannière publicitaire est descendu de 10 % à 0,4 % au cours des dernières années car les internautes ne surfent plus sans but précis.

Les blogueurs veulent maîtriser la pub / 16 mai 2007

Une étude de Microsoft menée sur trois groupes quali de 45 personnes a montré que les blogueurs souhaitent que la publicité enrichisse leur site, qu’elle créée une relation de connivence avec eux.

Un blogger documente le temps présent, il souhaite garder le contact, montrer une nouvelle facette de lui et devenir populaire. S’il devait donner des consignes à une marque, il lui demanderait d’éviter toute interférence avec le contenu. Ce qui ressort de cette étude, c’est l’idée de tendre vers la personnalisation de la publicité, en mettant par exemple la paire de chaussures de la pub de la même couleur que la charte graphique.

Capture d'écran du site MothersClickCette étude m’a notamment fait penser à la publicité non intrusive sur le site de réseau social familial MothersClick à propos de la vente d’un livre de cuisine. Avec un tel format, l’éditeur contrôle le format et sa création.

Ce qui ressort également dans cette étude, c’est notamment la nécessité d’être honnête dans son discours, la marque devrait également permettre des commentaires sur sa(ses) publicité(s).

Les perspectives quant à la publicité sur Internet sont donc encourageantes. Adieu les gifs animés, bienvenue aux skins et à la customization des réclames ! Cela permettra peut-être d’enrayer la chute des taux de clics sur les bannières, qui ne sont aujourd’hui que de 0,4%.

Le site MothersClick a mofifié sa charte graphique depuis cette capture d’écran, qui date du 8 mai 2007.

The Art & Science of CSS / 14 mai 2007

Couverture du livre The Art & Science of CSSJe viens de découvrir la première édition du livre intitulé The Art and Science of CSS, depuis le site Sitepoint.

Ce livre ambitionne de couvrir les usages des feuilles de styles CSS, en mettant en exergue les meilleures pratiques pour coder, et notamment la compatibilité entre les navigateurs.

Ayant reçu par email le chapitre 5 du livre (57 pages en PDF), lequel traite des formulaires, je le laisse à disposition. Cliquez sur la photographie de la couverture pour télécharger le chapitre 5 ou ici.

Interview d’Olivier Tennenbaum, de Sitimmo / 10 mai 2007

Sitimmo : Annonces immobilières sur toute la FranceUne agence immobilière consacre en moyenne 10% de son chiffre d’affaires à la publicité. Or, le chiffre d’affaires moyen d’une agence est de 300 à 500.000 euros par an et les agences ont compris l’intérêt d’internet et investissent de plus en plus sur ce média. Selon vous, quels sont les leviers les plus pertinents pour une agence immobilière (référencement naturel, emailing, affiliation) ? Et pourquoi ?

A l’heure actuelle, aucun site Internet (d’aucune agence immobilière ou non), ne peut se passer de référencement naturel. Par référencement naturel, nous entendons un site conforme aux standards des moteurs de recherche et optimisé en fonction d’une stratégie de mots clés définie au préalable.

Concernant les autres leviers, il faut d’abord définir la stratégie web de l’agence : quels sont ces objectifs ? Quels sont moyens ? A partir de là, nous pouvons définir un plan d’actions personnalisé et pertinent. Il est vrai que les moyens d’action privilégiés restent les liens sponsorisés et l’e-mailing.

Le référencement naturel est très concurrentiel dans le secteur immobilier. Seulement, il y a encore de la place sur des expressions locales « agence immobilière Pornichet », « agence immobilière La Baule », etc. Est-ce que vos clients recherchent ce type de positionnement naturel ? Vous le demandent-ils ? Ou, devez-vous les évangéliser sur le sujet ?

Nos clients ne recherchent pas un positionnement particulier. Ils sont à la recherche d’opportunités commerciales sur leur secteur. Cette prospection passe par un positionnement géographique assez précis. C’est notre mission quotidienne d’expliquer à nos clients l’intérêt de se positionner sur ces expressions clés (en référencement naturel ou payant). Nous jouons notre rôle de conseil dans la définition de leur stratégie et dans le choix des moyens à mettre en œuvre.

Certains moteurs de recherche verticale se lancent, à l’instar de Gloobotimmo, Vite Logé ou encore le dernier-né nantais Comintoo. Qu’en pensez-vous ? Pensez-vous que les agences y sont favorables ? La tendance va t-elle se confirmer selon vous ?

Il est vrai que la tendance est aux outils de recherche verticaux qui deviennent nécessaires face à la profusion d’informations sur Internet. Les internautes cherchent des réponses précises à leurs demandes, notamment dans l’immobilier. Les agences l’ont bien compris et sont favorables à la diffusion de leurs annonces sur ces outils.

Vous venez d’embaucher un chargé de référencement/affiliation. Avez-vous eu des difficultés à trouver le profil souhaité ? Quel est son carnet de route ?

A vrai dire, nous avons eu beaucoup de chance concernant cette embauche puisque seulement 3 personnes ont retenu notre attention parmi peu de cv (15 environ) et son profil correspondait en tout point à l’offre que nous proposions : expérience, autonomie, de bonnes références également dans l’immobilier.

En ce qui concerne la feuille de route, ses missions sont multiples :

  • Augmentation de la visibilité du portail sitimmo.com et du site commercial sitimmopro.com avec pour objectif la génération de contacts très qualifiés
  • Création d’une offre spéciale référencement immobilier
  • Valeur ajoutée à nos offres packagées de site internet immobilier
  • Veille
Liens vers les 3 moteurs de recherche spécialisés dans l’immobilier :

  • Gloobotimmo
  • ViteLogé
  • Comintoo
  • Comintoo veut faciliter la recherche des internautes, en leur permettant de la faire en langage naturel. Mais si le site regarde outre-Atlantique pour s’inspirer des modèles du genre, il est encore loin de ressembler à Trulia et Zillow par exemple, des sites très Web 2.0 qui proposent notamment des services de localisation.

    Comintoo, dont le lancement aura coûté globalement un million d’euros, a l’objectif d’être rentable dès sa première année. La société de 25 salariés, qui ne sous-traite rien, ne veut pas limiter son site à l’immobilier, d’où le choix d’un nom générique permettant de décliner la technologie à d’autres secteurs.

    Olivier Casado, directeur d’exploitation de la société nantaise Solus’Immo, éditrice de Comintoo.

Je remercie Olivier Tennenbaum d’avoir accepté de répondre à mes questions.

Jakob Nielsen : priorité à la simplicité / 8 mai 2007

Couverture du livre Site web - priorité à la simplicitéLa maison d’édition Pearson Education France vient de sortir le dernier ouvrage de Jakob Nielsen et Hoa Loranger, intitulé « Site Web : priorité à la simplicité ».

Ce livre de 403 pages fourmille de chiffres très intéressants, les nombreuses captures d’écran appuyant les exemples :

  • les utilisateurs expérimentés passent en moyenne 10 secondes de moins sur la page d’accueil d’un site, soit 25 secondes pour 35 secondes pour les utilisateurs moins expérimentés
  • 51% des internautes cliquent sur le premier résultat d’une page de résultats
  • un site web a 1 minutes 49 secondes pour convaincre ses visiteurs qu’il vaut le coup
  • dans la mesure où la majorité des sites Web possèdent moins d’un million de pages, leurs urls devraient se contenter de 20 à 50 caractères
  • les internautes peuvent se passer de la fonction de recherche sur un site de moins de 200 pages
  • 84% des requêtes utilisateurs comptent jusqu’à 22 caractères, ce qui signifie que dans 90% des cas, une case de 27 caractères suffit
  • 8% des hommes et 0,5% des femmes sont daltoniens (ce qui est injuste !)

D’autres points m’ont également interpellé, notamment la nécessité de conserver les urls simples d’un site web, ce qui permet de préserver la force des pages dans le cadre d’une refonte. Ce livre illustre bien que le référencement, ou plutôt l’optimisation sémantique et technique d’un site Web, relève davantage de bonnes pratiques, largement partagées, plutôt que de soi-disants et obscurs secrets.

Malgré son prix quelque peu élevé (42 Euros), cet ouvrage s’impose dans une bibliothèque.

Le PageRank n’est-il que la représentation de votre ego ?

Au cours de récentes discussions avec différents interlocuteurs, force a été de reconnaître que le PageRank (PR) Google soulève toujours et encore de nombreuses interrogations, notamment celle qui sous-tend que celui-ci participe à améliorer le positionnement naturel dans les pages de résultats (SERP).

Chaque conversation apporte son lot de croyances et de certitudes, chacun ayant un avis bien précis sur le sujet. A vrai dire, il n’est pas forcément aisé de contredire certains interlocuteurs, d’autant que le PageRank ne porte en lui, à mon sens, aucune valeur quant à sa contribution dans l’amélioration des positions. La communauté des référenceurs l’a maintes fois souligné, une page Web à faible PR peut mieux se comporter dans les pages de résultats qu’une page à fort PR. La complexité des algorithmes des moteurs de recherche tend donc à faire évoluer les facteurs de positionnement vers un ensemble de bonnes pratiques.

Le PageRank apporte de la crédibilité vis-à-vis de l’extérieur.

Dès lors, que représente votre PageRank ? Les récentes discussions à son sujet m’autoriseraient à penser que la course au PageRank n’est rien d’autre que l’affirmation de son propre ego. Bien que l’ego a une connotation négative, alors qu’il n’est en fait qu’un mirage, l’idée ici est d’associer le PageRank à la qualité intrinsèque (contenu informatif et viral, réseau) du site dont le webmaster en a la charge. Il cristallise son ego dans la reconnaissance que Google porte vis-à-vis de son propre travail, aux yeux de la communauté.

Le PR est d’abord important aux yeux du webmaster et ensuite aux yeux de la communauté. Il soutient désormais une certaine crédibilité, une affirmation de soi, de son propre travail vis-à-vis de l’extérieur.

Il sert donc plus à asseoir une crébilité professionnelle et à véhiculer une image auprès de ses visiteurs (clients, concurrents, partenaires éventuels, etc.) qu’à contribuer au référencement naturel. La technique reste donc toujours et encore au service de l’Homme…

La tyrannie du contenu éditorial / 3 mai 2007

Le contenu est sur toutes les lèvres … sur celles des blogueurs, des référenceurs, des responsables e-marketing, des journalistes … Et, pourtant, il me fait penser à ce mot-valise, la mondialisation, utilisé fin des années 90. On y mettait tout et n’importe quoi.

Le contenu représente aujourd’hui le mantra des agences webmarketing. En effet, il est au coeur des stratégies webmarketing. Si votre site n’est pas destiné à évoluer, à se régénérer, alors vous êtes mort. Google ne vous laissera aucune chance d’apparaître en tête des pages de résultats. Le seul moyen de générer de l’audience est de produire du contenu, et bénéficier ainsi de la longue traîne.

Dans le monde réel, le client est roi. Sur Internet, le contenu lui a volé sa couronne. Le contenu se mesure aujourd’hui à l’aune d’octets, de kilo-octets, de méga-octets. Il s’impose comme le baromètre de fréquentation, celui par lequel vous générez votre audience, pour ensuite la monétiser.

Toutefois, une fois quantifié, la qualité de votre contenu s’impose. Les anglo-saxons appellent ce concept « linkbaiting », ce qui signifie qu’il faut hameçonner l’internaute par du contenu de qualité. Lui procurer une émotion favorisera notamment la création de liens vers votre contenu.

Livre ouvertForce est de constater que le web recèle en son sein le pire comme le meilleur, mais que la tendance vers le « tout contenu » me laisse quelque peu perplexe. On parle d’audience en oubliant d’y regarder de plus près : le nombre de pages vues par visiteur et surtout, la durée moyenne des visites. Les accès directs sont également un excellent indicateur de fidélisation et donc de qualité. Qui ne connaît pas des vieux sites de plusieurs centaines de pages qui génèrent plus de 1 000 visiteurs par jour, lesquels restent toutefois que quelques secondes. La longue traîne joue ici son rôle à plein, contrairement à Google, dont le rôle, selon Jimmy Wales, le fondateur du Wikipédia, est « de prendre une décision : cette page est bonne, cette page n’est pas bonne« .

Le contenu a donc ses limites que les algorithmes actuels des moteurs ne peuvent surmonter.

Je tâcherais dans l’avenir de bannir ce terme pour lui préférer celui d’information … mais là, un autre débat s’ouvre, celui de son évaluation, c’est-à-dire de notre capacité à identifier l’information et à l’évaluer.

Twitter epokhe - Arnaud Briand Haut de page