< Search/Acquisition, Web Analytics/Conversion & Web Social/Relation />

Google nous rappelle que si l'on veut changer les règles du jeu, on doit construire sa réussite sur le risque de l'expérimentation. (Antoine Riboud)

L’accessibilité améliore-t-elle le référencement ? / 1 janvier 2007

Article search marketing – L’accessibilité d’un site web contribue à optimiser le processus d’indexation. Là encore, des suppositions. Pourtant, l’avenir est là..

L’accessibilité d’un site web contribue à optimiser le processus d’indexation. Là encore, des suppositions . Pourtant, l’avenir est là.

Le référencement ne se résume pas à une meilleure accessibilité des sites Web. Pourtant, les moteurs « seraient » sensibles à la démarche … Notons toutefois que l’accessibilité et le référencement ne font pas appel aux mêmes compétences. La convergence est-elle possible ?

Hiérarchiser les éléments sémantiques

L’objectif de l’accessibilité pour le référenceur est donc de limiter au maximum tous les obstacles pouvant bloquer l’indexation par les moteurs (menus Javascript, Flash). Il convient dès lors d’optimiser le contenu Web en hiérarchisant les éléments sémantiques (utilisation des règles du XHTML).

En effet, les moteurs sont aveugles (notion pourtant relative dans la mesure où Google serait désormais capable de lire les feuilles de styles externes ; à ce titre, le rapprochement entre Google et la fondation Mozilla a-t-il permis au moteur d’aller vite sur ce point ?).

Pour les images, il est donc nécessaire de les décrire (60 caractères autorisés). Les critères de l’accessibilité web (attributs « alt » et « longdesc ») se révèlent donc ici de bonne augure.

L’accessibilité s’explicite par des mots et des phrases. Chaque image doit être décrite textuellement et ces consignes s’appliquent aussi aux liens qui doivent être renseignés. Le nombre d’itérations augmente et le contenu est valorisé.

Que choisir ? Le Flash, l’Ajax, les standards XHTML/CSS2. En fait, tout dépend de votre objectif. Le « spin-off » d’un site web reste le code HTML, qui se retrouve au centre des relations entre la technique, le contenu, le graphisme et l’ergonomie. Les standards permettent alors de construire et de structurer les pages pour une meilleure hiérarchisation.

Un code HTML léger et propre …

L’accessibilité est un choix citoyen ; c’est aujourd’hui une priorité pour les grands comptes (AXA, Groupama). Le collectif pixFL estime d’ailleurs que le surcoût d’un site accessible est d’environ 30%.

« Développer aujourd’hui des pages accessibles, c’est d’abord produire un code HTML léger et propre. Nous retrouvons les bases du référencement naturel », ajoute Vincent Beslay, directeur associé d’Equallia, agence spécialisée dans l’accessibilité, l’ergonomie et le design sur Internet.

L’enjeu est d’être en mesure de faire travailler ensemble les experts en accessibilité, les référenceurs, les ergonomes, les intégrateurs et les développeurs pour atteindre les objectifs du client dans l’intérêt de l’utilisateur.

Le profil du référenceur ne se limite plus à des connaissances techniques. La double compétence technique et marketing est désormais essentielle pour qu’un référenceur puisse devenir un spécialiste du search marketing. Le référenceur doit être également convaincu par les normes d’accessibilité et mettre à profit sa connaissance des outils de recherche pour développer ses capacités rédactionnelles au service de la visibilité de ses clients. Aux Etats-Unis, la société Divine Write parle alors de « seo copywriter ».

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Twitter epokhe - Arnaud Briand Haut de page